LEAVING AND LOVE ,
LES JOUETS DE L’INFORTUNE



Mot de l’auteur:
Quel est le meilleur moyen d’agrémenter une lecture ?
Mettez votre slow préféré pour ce chapitre et lisez.
Pour ma part, j’ai écouté Bruce Hornsby « Walking in Memphis » pour le créer.
Musique culte.
Et merci pour vos précédents commentaires !
J’espère que celui-ci vous plaira tout autant ! ^-^




Les pleurs de la Princesse avaient réveillé Mademoiselle Li et elle avait pu suivre toute la conversation entre cette dernière et son époux.

Cependant, elle n’avait pas osé sortir de sa chambre de peur de choquer un peu plus la jeune fille.

Elle commençait à se sentir coupable de la douleur qu’elle lui avait involontairement infligée.

Son mari entra dans la pièce et s’assit sur le lit.

Il avait revêtu quelques uns de ses anciens vêtements, ceux de Shaolan étant complètement déchirés suite au transfert d’aura.

« Je voulais simplement prendre l’air…Je ne pensais pas la trouver dehors. » dit-il en soupirant.

Sakura Li s’approcha de lui et passa un bras autour de sa taille.

« Tu as bien fait de lui avouer la vérité, que ce soit pour nous ou pour les sentiments de son ami. Il était temps que quelqu’un le lui apprenne… »

Il se retourna vers elle et se pencha pour l’embrasser.

Mais lorsqu’il toucha ses lèvres, il perçut un brusque changement dans ce corps qu’il avait emprunté.

Il releva la tête et regarda sa compagne dans les yeux.

L’expression qu’il lut dans son regard confirma son pressentiment.

Son aura abandonnait lentement cette enveloppe charnelle qui n’était pas la sienne en commençant par faire disparaître la cicatrice qu’il avait au visage.

Le moment était venu pour lui de quitter définitivement ce monde et la femme qu’il aimait.

Il comprit qu’elle n’avait pas décidé de son départ quand il vit une lumière se profiler au niveau de sa poitrine.

Quelque chose avait agi sur son subconscient de suffisamment puissant pour que son esprit décide de libérer la plume, estimant que la tristesse de son cœur s’en était trouvée guérie.

« Non ! » cria-t-elle.

Elle serra son compagnon dans ses bras, espérant ainsi le retenir un peu plus longtemps à ses côtés.

Il versa quelques larmes et l’étreignit à son tour, essayant de calmer les sanglots qui secouaient le corps de sa bien-aimée.

L’enchantement prenait fin l’accablant de douleur mais il se devait de lui montrer un visage serein avant de disparaître.

Il fallait qu’elle apprenne à vivre sans lui en conservant au plus profond de son âme ce sentiment si merveilleux qu’est l’espoir.

Car il avait l’intuition qu’il la reverrait un jour, dans cette vie ou dans une autre.

« Ne pleure plus je t’en prie, lui murmura-t-il doucement. Je veux emmener avec moi l’image de ton sourire qui m’a tellement plu la première fois que je t’ai vue. »

La jeune femme trouva la force d’esquisser un sourire sincère pour satisfaire la dernière volonté de son époux.

Il l’embrassa tendrement et s’allongea sur elle pour sentir encore une fois la chaleur de son corps.

« Garde en ton cœur l’espoir de me revoir et n’oublie jamais ces heures merveilleuses qui nous ont été accordées… »

Il l’enlaça et réfugia son visage au creux de son cou alors que son aura quittait ce monde sous la forme d’une légère et féerique poussière étoilée s’élevant dans les airs.

Sakura passa une main dans les cheveux de son mari et se blottit un peu plus contre lui, en pressant ses lèvres l’une contre l’autre pour réprimer l’expression retentissante de sa tristesse.

Et dans cette ultime étreinte il lui susurra à l’oreille d’une voix presque inaudible, tel un soupir :

« N’oublie jamais…que je t’aime. »


Ces mots furent les derniers prononcés par Shaolan Li.

Son âme s’en était retournée vers les cieux laissant derrière elle la jeune femme éplorée.

Elle ne put contenir davantage sa douleur et éclata violemment en sanglots, serrant dans ses poings les vêtements de son aimé disparu.




Shaolan se réveilla au bout de quelques minutes l’esprit confus et le corps engourdi par cette expérience.

Son coeur bondit dans sa poitrine lorsqu’il découvrit juste à côté de lui, la plume de sa Princesse laissée comme un présent sur le lit.

Il prit dans ses mains l’objet précieux qui était entouré d’un léger halo magique, protégeant la plume de tous contacts extérieurs.

Il n’avait aucun souvenir de ce qui s’était passé mais peu importait car seule la joie de pouvoir rendre un peu plus de sa mémoire à Sakura occupait ses pensées.

Il sortit précipitamment de la chambre pour remercier Mademoiselle Li sans même remarquer les habits dont il était actuellement vêtu, différents de ceux qu’il portait lors de sa venue.

Son exaltation était à son comble.

« Mademoiselle ? »

Il pensait qu’elle était dans la pièce principale de la maisonnée mais celle-ci était vide.

Il ouvrit la porte d’entrée et dit en élevant un peu plus le son de sa voix :

« Mademoiselle ?! »

Mais seul le silence de la nuit répondit à son appel.

La jeune femme était partie lui confiant cette plume qui avait résidé dans son cœur pendant plus d’un an.

Renonçant à la trouver et impatient de retourner auprès de sa bien-aimée, il entreprit de suivre le chemin qui menait à la maison de Monsieur Kinomoto quand il aperçut la silhouette d’une femme allongée en travers du sentier.

Il s’élança vers elle, persuadé que c’était Mademoiselle Li.

Et quelle ne fut pas sa frayeur lorsqu’il se rendit compte de son erreur sur l’identité de ce corps inerte.

Sa Princesse était étendue sur le sol poussiéreux de cette étroite route peu fréquentée.

Il s’empressa de la prendre dans ses bras, alors que la panique envahissait son esprit.

Que lui était-il arrivé ?
Que faisait-elle dans cet endroit vide de passants à cette heure avancée de la nuit ?

Une situation identique lui revint en mémoire et une horrible certitude s’imposa à lui.

Elle devait avoir fait un malaise après l’avoir surpris en compagnie de Mademoiselle Li, exactement comme la fois précédente.

Les battements de son cœur s’affolèrent et sa respiration s’accéléra.

Il n’osait même pas imaginer les détails de ce qu’elle avait pu voir tant cette idée l’angoissait.

Jamais il ne se pardonnerait d’avoir infligé ce spectacle charnel à ses yeux innocents, alors qu’il n’en avait même pas été le réel interprète.

Sakura ouvrit lentement les yeux.

"Princesse! Vous allez bien?!"

Elle tourna la tête et devina les traits du jeune homme dans l’obscurité.

Il l'avait appelée par son statut princier.

C'était bien lui, le Shaolan qui l’avait escortée et épaulée depuis la perte de ses souvenirs.

Elle était encore plongée dans un demi-sommeil, mais elle lui répondit par un sourire.

La brume qui enveloppait son esprit se dissipa peu à peu et elle commença à se rappeler la décision qu’elle avait prise à son encontre.

Puis elle vit qu’il tenait une de ses plumes dans sa main.

Elle sentit son appel irrésistible et repoussa le bras du garçon.

Pas maintenant, pas tout de suite.

Il ne fallait pas que sa plume l’immerge en cet instant dans cet état inconscient qu’elle détestait.

Car avant de risquer de l’oublier, elle devait lui dire.

Lui révéler ses sentiments qui avaient pris naissance dans son cœur et s’étaient renforcés doucement avec le temps.

Elle tendit sa main pour caresser sa joue et lui demanda tendrement :

« T’ai-je déjà dit un jour que je t’aimais ou bien… est-ce la première fois que je découvre le sens du mot amour ? »

Shaolan eut l’impression que son cœur allait exploser.

Ses yeux s’embuèrent de larmes de joie et il serra contre lui celle qui partagerait désormais sa vie.

Il ne put résister davantage à l’envie de l’embrasser et se pencha pour effleurer les chaudes et douces lèvres de la jeune fille.

Sakura enlaça son ami et consentit à ce baiser en le laissant s’immiscer délicatement dans sa bouche et caresser lascivement sa langue, tels deux êtres entremêlés exécutant une danse d’une infinie sensualité.

Elle se cambra en poussant un léger gémissement lorsqu’il fit pénétrer la plume dans son corps.

Puis il lui avoua dans un murmure alors qu’elle sombrait dans l’inconscience :

« Non, Sakura. Ce n’était pas la première fois que tu me disais cela… »



Elle avait la sensation de flotter.

Sa mémoire était en effervescence car un souvenir bien précis était en train de lui revenir.

Elle était partie rejoindre quelqu’un dans une pièce insolite qui ressemblait à une chambre funéraire.

Elle se rappela de l’excitation qui l’avait submergée au moment d’entrer dans cet étrange endroit.

Mais ce n’était pas la découverte de ce lieu qui faisait battre son cœur à lui rompre la poitrine.

Elle était venue dire à quelqu’un ce qu’elle ressentait réellement.

Elle avait choisi de dévoiler à cette personne les sentiments qui animaient son être entier et elle s’était entendue prononcer comme dans un rêve ces trois mots symbolisant l’amour.

Puis elle avait senti le contact sensuel de ses lèvres posées sur les siennes, suivi d’une étreinte et de tendres caresses sur son corps en émoi.

Ses mains audacieuses s’étaient glissées sous sa tenue pour effleurer sa poitrine voluptueuse de jeune femme.

Elle se souvint alors s’être blottie affectueusement contre ce garçon, dont elle ne se rappelait ni le visage ni le nom.

Et l’appel…

L’appel ensorcelant de ces plumes qui l’avaient ensuite envoûtée et conduite à sa nouvelle destinée.

Shaolan caressa les cheveux de sa Princesse endormie et déposa un baiser sur son front.

Ce moment l’avait transporté dans une joie indescriptible.

Mais la venue d’un inconnu vint rompre cet instant de bonheur.

Il s’avança vers le couple d’un pas assuré et l’aura que Shaolan perçut de ce jeune homme lui glaça le sang qui coulait dans ses veines.

C’était la sienne.

Son visage se figea de stupeur lorsqu’il réalisa que c’était un « autre lui » qui se tenait devant eux, tel un miroir reflétant sa propre image.

« Enfin te revoilà. Cela faisait si longtemps que j’attendais cela.
– Qui…qui es-tu ?
bredouilla Shaolan, déconcerté.
– Ecarte toi d’elle. Tu ne lui es désormais plus d’aucune utilité. »

Ce mystérieux personnage tendit une main vers lui et fit apparaître un sceau en forme d’ailes dans le creux de sa paume.

Shaolan eut le temps de voir une extraordinaire lumière naître de ce symbole avant de se retrouver brusquement propulsé à plusieurs mètres de Sakura.

Ce souffle lui avait brutalement oppressé la poitrine, bloquant sa respiration pendant plusieurs secondes.

Il se releva avec peine et découvrit que l’inconnu était maintenant à sa hauteur, le fixant d’un sombre regard.

« Toi qui n’est que la copie de ce que je suis… » tonna-t-il en rejetant en arrière le bras porteur de l’emblème étincelant, comme pour prendre de l’élan.

« Apprends que je me suis libéré pour vous réduire tous les deux à néant !! » hurla-t-il en plaquant violemment sur le front de Shaolan le sceau ailé éblouissant empreint sur sa paume.

Un foudroyant pouvoir s’introduisit instantanément en lui et parcourut précipitamment l’ensemble de son corps, s’infiltrant dans le moindre de ses vaisseaux sanguins.

Shaolan ne pouvait plus bouger, paralysé par cette puissance électrique qui dominait son être entier.

Puis il sentit un froid perçant l’envahir, remplaçant progressivement la chaleur de sa force vitale qui s’extirpait lentement par son front.

La vie abandonnait son enveloppe charnelle pour se réfugier dans celle de ce jumeau si particulier.

Ses jambes se mirent à trembler sous l’effet de la douleur et des larmes de sang coulèrent de ses yeux grands ouverts.

Une seule raison le maintenait conscient malgré cette atroce souffrance.

Sakura.

Cet autre « lui » avait parlé d’elle également.

Il ne pouvait pas le laisser la tuer.

Mais alors qu’il tentait de se concentrer pour trouver un moyen de répliquer, ses pensées se pétrifièrent brusquement.

Sa capacité de réflexion et de perception s’amenuisait, quittant petit à petit son esprit.

La dernière chose qu’il put ressentir fut cette affreuse impression que son cœur s’arrachait de lui, le laissant incapable d’éprouver et d’exprimer le moindre sentiment.

Son âme s’était définitivement séparée de lui pour s’en retourner compléter celle de son véritable propriétaire.

L’être humain redevenu simple réceptacle dénué de volonté propre s’effondra au sol.



Les chroniques de ce réservoir à la recherche des ailes appartenant à sa Princesse étaient terminées.

Son histoire s’achevait ici.



Telles étaient les convictions de l’auteur de cet acte, qui n’était autre que le Shaolan originel.




REVIEWS REVIEWS !