REBIRTH


Notre ami se retrouvait donc en bien mauvaise posture, Mademoiselle Li ne réfrénant aucunement ses ardeurs à son encontre.

« Viens ! »

Sur ces mots elle l’attira dans sa chambre et le poussa sur le lit, si bien qu’il finit par s’y retrouver allongé.

« Bien ! Nous allons pouvoir commencer ! S’exclama-t-elle avec enthousiasme.

– Com…commencer QUOI ? Demanda-t-il, épouvanté.

– Le transfert, voyons ! Il faut savoir si j’arrive à te transmettre l’esprit de mon fiancé, une fois que je l’aurais appelé ! A quoi pensais-tu donc ? »

Shaolan se prit la tête entre les mains.

Et elle ose me répondre cela ! Pensa-t-il.

Mais il arrêta net ses réflexions lorsqu’il vit la jeune fille grimper sur lui avec désinvolture et s’asseoir sur son bas ventre, une jambe de chaque côté de son corps. Elle se pencha ensuite vers lui et le fixa intensément, telle une lionne qui contemple sa proie agonisante avec délectation avant de lui porter le coup fatal. C’était du moins, la vision qu’il se faisait d’elle en cet instant. Puis, elle rapprocha petit à petit son visage du sien. Shaolan se mit à transpirer à grosses gouttes et ne put contenir davantage les tremblements de son corps tant il était gêné et troublé. Et le fait que la demoiselle soit le parfait sosie de la Princesse ne fit qu’empirer sa position.

« Shaolan ? Chuchota-t-elle.

– Oui ?

– Tu vas bien ?

– Très bien. La situation est… sous contrôle, bégaya-t-il.

– Mais, tu trembles.

– A… Ah ? Ca devrait… passer, répondit-il en ravalant sa salive, comme pour se donner du courage.

– Tant mieux ! S’écria-t-elle, exaltée. Alors n’attendons pas une minute de plus ! »

Elle prit la main du jeune homme et la posa sur son sein gauche.

« A… Attendez !! S’écria-t-il, affolé.

– Il y a un problème ?

– Qu’est-ce que vous faites ?! Demanda-t-il, en se redressant sur son avant bras.

– Enfin ! Ca t‘arrive de réfléchir ?

– Hein ? Dit-il, le souffle coupé.

– La plume est à l’intérieur de mon cœur ! La source de mon pouvoir est située à cet endroit ! Comment crois-tu que l’esprit de mon fiancé viendra jusqu’à toi en passant par mon point vital, si nous n’avons aucun contact ! Tu n’as jamais couché avec une femme de ta vie pour être dans cet état ou quoi ?! »

BIN-GO !

Merci d’applaudir la gagnante du jour, Mademoiselle Sakura Li, pour sa vive perspicacité ! Le garçon se laissa retomber sur le lit, désespéré.

« Shaolan, ne me dis pas que…

– Quoi ?

– J’ai vu juste ? C’est ça ? »

Les muscles de ce dernier se crispèrent, démontrant ainsi l’exactitude de ses propos.

« Oooooooooooh !! C’est trop mignon ! Tu aurais dû me l’avouer plus tôt !

– Pour ça…il aurait fallu que je saisisse vos intentions !!

– De toute façon tu n’as aucun souci à te faire ! Tu ne te rappelleras de rien !

– Pardon ?

– Ben oui ! Je ne me suis jamais souvenue de ce qui passait lorsque j’étais possédée par l’esprit de quelqu’un d’autre ! Mon père assistait toujours aux séances pour intervenir en cas de besoin car je n’avais plus aucun contrôle sur moi-même ! » répondit-elle, enjouée.

Le visage du jeune homme se décomposa en quelques secondes.

Et c’est censé me rassurer, ça ?!

Contrairement à elle, personne n’interviendrait en sa faveur en cas de dérapage. Immédiatement, il analysa la situation pour évaluer l’étendue des dégâts – en cours et à venir, s’il n’imaginait pas très vite un subterfuge pour se tirer de ce mauvais pas.


Points faibles :

• il était couché sur un lit, faisant face aux impatiences d’une jeune fille n’ayant vraisemblablement pas pu profiter de sa lune de miel avec son époux trépassé et bien décidée à y remédier.
• c’était la première fois qu’il se trouvait dans un tel embarras et ne savait définitivement pas de quelle manière s’en dépatouiller, sans offusquer la belle.
• au lieu de passer son temps à faire des fouilles archéologiques, il aurait été plus judicieux de faire des recherches sur la psychologie féminine ou, au mieux, dénicher un manuel déjà publié et expliquant en détail le comportement à adopter en cas de confrontation de ce genre avec cette espèce à part.
• crétin de Kurogane, il devait parfaitement savoir ce qui allait se passer et il comprend mieux à présent le sens de sa phrase « L’esprit de ce jeune homme ne fera qu’emprunter ton corps. Ce qui en découlera ne sera pas dû à ta volonté propre. »
• enfin et pour couronner le tout, la demoiselle était le portrait craché de sa bien-aimée.

Avantage sur l’ennemi :

Néant.

Echappatoire :

Aucune, s’il voulait récupérer cette satanée plume.

Notes pour plus tard :

Faire la peau à Kurogane et cuire en brochette Mokona la prochaine fois qu’il l’entendra prononcer «Lovu Lovuuu», alors que cette bestiole ne se doute même pas dans quelle galère un sentiment d’amour aura pu l’entraîner !


Il ne lui restait plus qu’à s’en remettre à l’esprit de son double, en espérant que celui-ci serait plus raisonnable… Mais en regardant Mademoiselle Li, il réalisa que c’était peine perdue, car jamais cet autre Shaolan ne pourrait bien longtemps résister à l’exaltation et aux assauts de sa jeune épouse, ayant lui-même beaucoup de difficulté à les repousser. Après tout, quelle aurait été sa réaction s’il avait été à sa place et qu’on lui avait offert l’opportunité de revoir l’objet de ses pensées, pour une seule et dernière fois ? Finalement, il les enviait de pouvoir revivre leur passion mutuelle, car lui n’en aurait jamais l’occasion.

« Serait-ce un sourire que je vois se dessiner sur tes lèvres, Shaolan ? »

Il lui caressa la joue en lui souriant affectueusement, ce qui surprit la jeune fille. Il avait retrouvé son calme et ce fut avec sérénité qu’il lui dit :

« Allez-y. Votre époux a beaucoup de chance.

– Merci… »

Elle ferma les yeux et pressa fortement la main de Shaolan contre son sein. Un souffle léger commença à les entourer et une lueur rose naquit au creux de sa poitrine. Une sphère lumineuse apparut subitement au-dessus de la tête de Mademoiselle Li et se mit à grandir, pour enfin s’introduire en elle. Elle stagna quelques secondes au niveau de son cœur, ralentissant ses pulsations. Il sentit ensuite sa chaleur… La chaleur de cette aura qui s’insinuait en lui, en longeant son bras. Celle-ci remonta doucement vers son cou, pour se diriger vers son cerveau. Lorsqu’elle atteignit le sommet de son crâne, son corps entier se convulsa, manquant de faire chuter la demoiselle, qui se rattrapa de justesse en s’accrochant aux vêtements du jeune homme. Cette chose prenait possession de son être. Les yeux révulsés, il ne put s’empêcher de gémir, tant les spasmes étaient violents. Il n’arrivait plus à réfléchir et se contentait d’endurer les brutales contractions de son corps. Mademoiselle Li se serra contre lui, effarée. Il éprouvait sa peur et sa panique quant au résultat. Il ressentit alors une atroce douleur en dessous de l’oeil gauche, telle une lame pénétrant au plus profond de sa chair et cherchant à l’énucléer de son orbite. Un liquide chaud se mit à couler le long de sa joue. Pleurait-il ? A la réaction de Sakura qui poussa un cri d’effroi, ce n’était pas làdes larmes.

« Shaolan! Qu’est-ce qu’il t’arrive ?!! Est-ce que tu m’entends ?! SHAOLAN ?! »

Oui, il l’entendait, mais il n’était pas en mesure de lui répondre. Il ouvrit la bouche et régurgita un liquide dont il ne put voir la couleur. La jeune fille était terrorisée. Elle vit soudain les vêtements de ce dernier se déchirer, comme si quelqu’un les lacérait violemment et, en une fraction de seconde, elle devina la suite des évènements. Instantanément, elle s’agrippa à l’épaule de Shaolan pour ne pas tomber et se protégea le visage de son bras vacant. Excellent réflexe, car ce dernier se cambra brutalement et du sang jaillit de ses multiples plaies fraîchement créées sans qu’il ne pût exprimer aucun son, tant sa souffrance était intolérable. Il retomba sur le matelas toujours secoué de spasmes, mais leur faible intensité les rendit plus supportables.

Sakura observa le corps de Shaolan. Elle connaissait ces blessures. C’était celles qu’on avait infligé à son fiancé lorsqu’il avait été capturé par l’ennemi, lors de la dernière guerre qui avait ravagée le pays. Si son père ne l’avait pas retrouvé laissé pour mort dans un champ et si l’unique médecin de la région n’était pas venu en consultation dans leur village au même moment, il serait décédé ce jour-là. Mais récemment, le docteur avait été appelé en urgence dans le nord pour une épidémie et ne serait pas de retour avant plusieurs semaines. Il était hors de question qu’il perde la vie à son tour !

Non, je ne te laisserai pas partir toi aussi, pensa-t-elle.

Elle le secoua par les épaules et hurla en pleurs :

« Tu m’entends ?! JE NE TOLERERAI PAS QUE TU MEURES PAR MA FAUTE TOI AUSSI !! »

Elle s’effondra sur son torse et serra dans ses poings ses vêtements en lambeaux. Puis, elle se redressa et posa une main sur la tête du jeune homme, proche de l’inconscience. Elle se concentra et éveilla une nouvelle fois son pouvoir, rappelant l’esprit de son fiancé pour le faire sortir du corps de Shaolan. L’aura était en train de remonter à la surface et se rapprochait de sa paume, mais quelque chose ralentissait sa progression.

« Reviens… reviens à moi je t’en conjure ! » dit-elle, focalisant ses pensées sur son objectif.

Mais l’aura fit soudainement chemin inverse comme mue par une autre volonté. Malgré tous ses efforts, elle ne parvint pas à changer sa trajectoire.

« Shaolan Li ! Vociféra-t-elle, ne retenant plus ni colère ni larme. Il ne subira pas le même sort que toi ! ALORS LAISSE LE TRANQUILLE ET DEGAGE DE LA !! »

Dans une ultime convulsion Shaolan inspira profondément, la tête rejetée en arrière et les yeux grands ouverts. Une vive chaleur se propagea brusquement en lui, apaisant ses douleurs physiques. Ce bien-être le mit dans un état second, qui le fit sourire malgré lui. Et alors que sa vue se troublait, il entendit une voix intérieure ressemblant étrangement à la sienne :

« Ton épreuve s’arrête ici. Tout ira bien maintenant et… merci. »

Une lumière éblouissante émana de son corps, aveuglant Mademoiselle Li. Lorsque celle-ci se dissipa, cette dernière constata avec stupéfaction que toutes les traces de sang avaient disparu. Les plaies s’étaient refermées ne laissant que des cicatrices, identiques à celles qu’avait son fiancé. Le jeune homme se releva, en appui sur ses avant-bras et fixa Sakura.

Ce regard…

Elle connaissait ce regard malicieux et ce sourire espiègle.

« Sakura… »

Elle retint sa respiration lorsqu’il l’étreignit.

« C’est moi… Je suis revenu. »

Il ne lui en fallut pas davantage pour éclater en sanglots.


REVIEWS REVIEWS !