Last Living Soul

Chapitre 1 : Fin d’un rêve.

Depuis Tokyo Acide, Sakura, Shaola, Fye et Kurogane furent dans un monde étrange, où pour le divertissement, le gouvernement de ce monde avait mis au point des parties d’échecs humaines. Le but était simple : une reine, trois pions, de la volonté. Celle qui avait le plus d’hésitations ferait perdre son équipe. Et Sakura avait changé. Avant ce monde. Depuis que Shaolan avait disparu, la laissant seule. Avec un autre. Un autre qu’elle ne connaissait pas. Depuis Tokyo, tout le monde l’avait remarqué, cela avait changé. Sakura, s’enfermait à chaque fois dans sa chambre, fuyant le regard de celui qu’elle n’osait appeler « Shaolan » Ce n’était pas lui. Ce n’était pas ce Shaolan. Elle avait beau y penser, elle avait beau savoir que finalement, c’était comme Toya et les autres, un même corps qui partage le même esprit, mais ses détails, sa voix, son comportement. Chaque fois qu’elle s’arrêtait sur ce qu’elle appelait des détails, c’était le souvenir d’un homme qu’elle avait oublié qui revenait… Il ne restait que de ce Shaolan, les espoirs envolés d’une princesse brisée. Les souvenirs passés depuis son éveil à Hanashin… Mais pourtant, cela faisait bien longtemps que cette quête durait. Combien de temps ? Un an ? Deux ? Peut-être trois. Trois ans passés avec cet homme qu’elle ne connaissait pas, et qui faisait tout pour la sauver. Trois ans brisés lors de la chute des vampires. Lorsqu’il s’en était allé. Et aujourd’hui arrivait la finale. Sakura n’avait pas hésité. Ils savaient combattre, et leur accordaient toute sa confiance. Et l’issu de cette partie déterminerait deux enjeux majeurs. Deux enjeux qu’elle voulait et obtiendrait.

Après tout, elle était la cause de bien des malheurs. Et maintenant, sa confiance en elle, son âme, tremblait d’une espérance inébranlable. Alors elle l’aurait ce pouvoir. Celui de traverser seule les dimensions. Elle devait, parce qu’en restant avec eux, elle ne leur causerait que du malheur. Oui c’était ça. La jeune femme leva un instant la tête de son oreiller, entendant au loin un air de piano, dont elle ne voulait savoir la provenance. Un air de musique qu’elle appréciait, et qu’elle apprécierait jusqu'à la fin. Car cet après-midi, la fin du rêve commencerait…
Elle se leva, et colla son oreille contre la porte. Qui pouvait jouer aussi bien de ce magnifique instrument ? Un air sombre et calme, reposant et triste. La mélancolie l’emporta, de même que les souvenirs. C’était son thème, son fond sonore. Ces notes frappées méticuleusement, et non pas au hasard. Chaque temps, seconde avait déjà sa note. C’était une symphonie merveilleuse… Elle hésita à tourner la poigner pour voir le virtuose. Le géni… Mais elle le fit, quitte à le croiser. Elle espérait simplement que ce n’était pas lui. S’approchant doucement de la pièce avec le piano, elle observa la personne assise. Les cheveux blonds… Fye. Perdu dans sa mélodie, perdu dans son passé. Ses yeux doucement fermés, comme si lui-même ne jouait pas. Comme s’il appréciait le morceau qu’un autre jouerait. C’était ça en fait. Il ne jouait pas, il se laissait bercer par la somptueuse symphonie. Comme elle d’ailleurs. Et dans cette aurore sombre, deux âmes partageaient un moment unique. Un moment que seuls eux pouvaient comprendre.
Et le morceau se finit. Fye rouvrit les yeux et effleura de ses doigts fins les touches vernies de l’instrument. Et sa voix sonna, aussi forte et lente que la mélodie précédente. Sa voix formant à elle seule la litanie.

« Sakura- chan ? Vous avez apprécié ? »

Comment savait-il qu’elle était là ? Serait-elle rentrée sans s’en rendre compte ? Non. Elle était bien adossée à la porte, se souvenant encore de cette mélodie. Alors pourquoi ? Le pianiste se leva et s’avança doucement vers la porte. Fye savait toujours des choses qu’eux ignoraient. Mais il ne le disait pas. Sakura l’avait comprit, il y a peu de temps. Et depuis leur relation était ambiguë. Entre amitié et simple union d’un esprit partageant les mêmes choses. Elle aurait dut se douter. Elle se retourna, scrutant l’unique œil de Fye. Un bleu terne, presque gris, un argent même… Elle lui offrit un maigre sourire, la seule chose qu’actuellement elle puisse faire.

« C’était magnifique, Fye-San, pourquoi nous avoir caché votre talent ?
- Je ne le cache pas, Sakura-chan, simplement que je n’ai jamais eu l’occasion de vous faire écouter cette mélodie.
- Fye par rapport à cet après midi je…
- Chut. Apprécie. Le silence est parfois tellement merveilleux. »

C’était vrai, dans cette maison au mur blanc et noir, régnait une atmosphère paisible avant la fin. Le silence était doux, et non pas tendu. Elle savourerait presque chaque bruit. L’eau coulant du robinet, la feuille qui tombe, tout…

« Sakura-chan, tu sais chanter ?
- Heu… Je ne sais pas.
- On essaye ? »

Fye tira Sakura face au piano, et repris cette mélodie. Les paroles se tracèrent simplement sur cette litanie. Et sa voix accompagna la mélodie, dans un duo merveilleux, où tout ce qu’ils avaient ressentit se mêlait. Du plus infime sourire, aux larmes de désespoirs, jusqu'à leur mélancolie et regret, leurs plus profonds secrets se mettaient à nu avec cette musique. Les doigts frappant chaque touche avec une douceur infinie, de même la voix portée par la mélodie chantait chaque note avec une précisons marquante. Un duo de chef. Une œuvre composé par les âmes brisé, pour les âmes perdues.

En bas, ils pouvaient les entendre. Kurogane, son verre à la main, écoutait ce duo jouer une mélodie qu’eux seuls comprenaient. Depuis peu, il ne s’énervait plus, parce qu’il n’y avait pas à s’énerver. C’était différent tout ce qu’il avait cru. Depuis ce monde, plus personne ne souriait, et même lui devant de grand adversaire y perdait son goût. Son sabre ne tranchait que parce qu’il devait trancher, non pas par volonté. Sa princesse lui manquait, et au fond, il espérait qu’elle n’est rien oubliée de lui. Il voulait la revoir, revoir son sourire amusé face à ses remarques déplacées, parce qu’il n’y avait qu’elle, qui le comprenait.
Il restait seul, a entendre ce chant. Fye était le pire de tous. Cet homme qui cachait tout, et qui ne croyait pas en la confiance de la petite. Il lui avait dit. « Je ne me soucis pas de ton passé, alors arrête d’avoir ce masque et décide de ce que tu fais ici et maintenant » Il n’eut jamais de réponse, parce qu’il n’eu pas le temps de la réclamer. Tout été déjà fini. Contre sa volonté, il l’avait maintenu en vie, et il le forçait à boire son sang pour survivre. Il se demandait lequel était le parasite de l’autre. Lequel vivait au dépend de l’autre, finalement.
Il soupira et but une gorgée de son whisky, se laissant emporter par ce chant qui mettait lui-même en transe. Cet après midi se serait la fin. La plume serait pour eux, ça se devait.

*~*

L’horloge sonna. Et ils se rendirent tous dans l’arène. Un silence religieux planait. Même Mokona n’osait troubler ce silence si pesant pour lui. Il était triste. Plus personne ne souriait avec lui. Mokona n’avait plus de compagnon, il n’osait embêter Kurogane tout seul, car il savait qu’a présent, ça ne ferait plus rien. Tous avançaient sans conviction vers l’endroit où tout prendrait fin. Shaolan pensa un instant aux paroles de cette femme qui l’avait sortie de ce bocal « Si le rêve ne se finit pas… » qu’est-ce que cela voulait dire ? Leur entrée fut acclamée par une foule qui ne voulait que du sang et du combat. Les préparatifs se firent d’eux même. Les colliers furent mit, et Sakura prit place. Jusqu'à que l’espèce de Lapin qui commentait le tournoi prennent la parole.

« Aujourd’hui c’est une partie assez particulière qui va se dérouler ! Puisqu’il n’y aura qu’un seul combattant ! Les blancs ont déjà choisi, Reine Noire, qui choisissait vous ? »

Sakura fut surprise, mais ne laissa rien paraître. Elle observa les trois combattants, tous excellaient avec leur arme. Et son choix se porta sur Shaolan. Ce dernier baissa la tête et avança vers l’échiquier. Ce serait lui contre un autre. Un combat qui ne dépendrait que de la volonté de la princesse. Le miroir se leva. Et face à eux, dans l’équipe blanche… Shaolan. Les deux Shaolan allaient combattre ? Sakura voulu se lever, mais elle savait que c’était impossible.

« SHAOLAN ! »

Hurla-t-elle de sa place. Incrédule. Les deux tournèrent la tête vers elle. Au fond, le nouveau Shaolan savait que ce n’était pas lui qu’elle avait appelé. Kurogane fronça les sourcils, et il put voir Fye se crisper légèrement. Ce n’était plus un combat pour les plumes à présent. C’était pour récupérer ce qu’ils avaient tous trois perdus. Kurogane tourna la tête pour voir la reine blanche. Il resta bouche bée. Elle portait un habit blanc, avec ce symbole. Celui qui avait tué sa mère. L’ancien Shaolan ne cilla pas en voyant Sakura. L’autre par contre faillit en tomber. Il put entendre quelque murmure de la part de ce dernier :

« Xing Huo… Merci »

Maintenant, la plume ne comptait plus. Sakura voulait de tout son être l’ancien Shaolan. Le nouveau lui, le savait, il le ressentait. Et il ressentirait toutes les émotions de Sakura durant ce combat. Sakura crispa sa main sur l’accoudoir et ferma les yeux. Elle ne devait pas faillir ! C’était maintenant ou jamais. Son malheur ne devait les atteindre. Alors, bercée par cette musique qui lui restait en tête, elle se prépara. Sa volonté croisa le fer avec son cœur. Qui prendrait le pas sur l’autre ? Nul ne le savait. Son être fut pris d’un spasme, avant que le lapin hurle :

« Prêt ? PARTEZ ! »

Et les deux colliers retentirent en même. Shaolan et Shaolan s’élancèrent l’un sur l’autre. Le même coup de pied, qui se répercuta sur l’autre. Ils retombèrent en même temps. Deux jumeaux qui pensaient de la même manière. Qui agissait en synchrone ! Le combat ne pouvait se finir. Et s’ensuivit un combat entre Xing Huo et Sakura. Un combat de volonté. Chacune ayant, pour le Shaolan de l’autre équipe, plus que de simple regret. A celle qui écouterait son cœur en premier, reviendrait la défaite.
Fye lui murmura quelques mots, il savait que le combat était voué à l’égalité. Leur Shaolan avait un œil façonné par Clow, tandis que l’autre avait son œil, des magies aussi puissantes dans leur domaine l’une que l’autre. Ce combat serait décisif, et serait qu’une simple égalité qui triompherait.
Kurogane savait la puissance des jambes de chacun d’eux. Ses yeux habitués au combat, pouvait facilement évaluer un gamin. Et deux sur tous les plans, avait la même force et rapidité. Chaque impact de coup de pied des Shaolan pouvait briser un mur. Il avait entraîné les deux… Mais il serait incapable de penser qu’un jour, ces deux moitiés se compléteraient pour combattre l’une contre l’autre. C’était comme se battre avec un miroir. Tout en même temps…

Et le temps passa. Sans pour autant qu’un gagnant se démarque. Ils étaient tous deux a terre, essoufflés. Les deux se relevèrent en même temps. Et l’ancien Shaolan retombit à terre. Sakura jeta un coup d’œil à sa rivale. Elle avait flanché. Mais pourquoi ? Et elle vit le Shaolan de son équipe avec un regard mélancolique et sombre. Elle ne comprenait pas la signification de ce regard. Mais son adversaire avait du le voir.

« LES NOIRS VAINCQU…
Pas encore ! »

C’était la voix du gérant du tournoi qui venait de retentire. Toutes les têtes se tournèrent vers lui, qui affichait un sourire si tendre et doux.

« Les deux ont combattu de la même manière, il serait injuste d’en pénalisé un parce que sa Reine aurait un problème de conscience. Je propose de répartir les prix. »

Le silence qui orna le public fut son signe d’approbation, et il en était heureux. Il se voyait mal affronter une foule de gens qui voulait sa mort parce qu’il les avait déclaré exe quo. Au fond, Sakura espérait qu’elle aurait le pouvoir plus que la plume. De même que Fye. Il ne savait pas encore comment allait se passer, mais maintenant, il devait fuir encore plus… Depuis qu’elle l’avait prévenue de son réveil, Fye vivait dans la crainte.

« Je propose que les blancs obtiennent le prix spécial. »

Kurogane fut surpris, le prix spécial ? Quel prix spécial ? Serait-ce ça que la princesse et fye leur cachait, elle voulait le prix spécial ? Mais quel était-il, et surtout pourquoi ? Pourquoi ne pas avoir partagé ce mystère ? C ‘était ça que Yuukô leur avait dit ? Celle où Mokona dormait. Il enrageait. Mis à l’écart pour des raisons encore ignorées… Ils ne lui faisaient donc pas confiance à ce point ?

« Les blancs peuvent donc prendre leur dut : celui de voyager seul dans les dimensions ! les noir, eux, auront cette source pouvoir fabuleuse ! »

Xing Huo et Shaolan s’approchèrent de la boule. Il y avait donc ça à la clé ? Ce pouvoir ? Mais pourquoi Sakura le voulait-elle ? Fye, il comprenait, mais Sakura… Se croyait-elle prête à récupérer les plumes toutes seules ? Non. Sakura n’était pas si stupide, c’était autre chose. Elle voulait aider les gens de Tokyo et retrouver ce Shaolan, celui qui venait de disparaître. Lorsqu’ils eurent la plume, Sakura ne s’évanouie pas. Kurogane la tira vers la salle au piano. Il se planta face à elle, et l’air grave demande :

« Pourquoi ? »


REVIEWS REVIEWS !